L’état hypnotique a toujours fasciné les psychologues, les magiciens s’en servent parfois dans leurs spectacles et, depuis quelques années, une mode nouvelle « d’hypnotiseurs des rues » fait sensation parmi les badauds.

Il existe plusieurs courants et de nombreuses méthodes afin de « mettre en état de veille », ou « mettre en état de suggestion particulière », une personne. Les effets visibles et à sensations sont les entraînements pratiques que tout hypnotiseur débutant exerce afin apprendre, puis de perfectionner son art. Vous les trouverez facilement dans n’importe quel manuel d’hypnose et de suggestion un tant soit peu rigoureux.

[ms_panel title= »Un peu d’histoire » title_color= »#8224e3″ border_color= »#ddd » title_background_color= »#f5f5f5″ border_radius= »4″ class= » » id= » »]

Dans les années 1900, Milton H.R. Erickson, inspirant l’école de Palo Alto par la suite, est un « père fondateur » d’une approche différentiée, en induisant un état de rêverie par la volonté.

Robert Desoille crée en 1920 le terme de rêve éveillé dirigé, qui est un état léger, permettant d’entrer en communication avec une partie de l’inconscient de la personne. Afin de comprendre et d’interpréter de manière systémique les sens des séances, il suggère par la parole des faits ou des évènements. Georges Romey s’en est largement inspiré afin de créer son école de rêve éveillé libre, qui élabore une grammaire systématique afin de comprendre les images et événements qui portent à la conscience lors de ses séances d’hypnose. La différence essentielle est que la personne rêveuse est libre de direction.

De nombreux chercheurs et praticiens ont également tenté d’interpréter l’inconscient et les rêves, comme Sigmund Freud ou plus particulièrement C.G. Jung qui a une approche plus complexe et élaborée, à mon sens.

[/ms_panel]

[ms_panel title= »Mon utilité » title_color= »#8224e3″ border_color= »#ddd » title_background_color= »#f5f5f5″ border_radius= »4″ class= » » id= » »]

Dans un état de rêverie semi-dirigée, posture que j’adopte totalement, l’accès à des mises en relations entre le conscient et l’inconscient permettent de comprendre, de mettre le doigt sur certaines problématiques. Le but est plus de mettre en lumière les zones d’ombres qu’une approche thérapeutique, qui est l’approche fondamentale des psychologues et psychiatres.  Cependant, faire usage de cet outil n’est pas anodin, aussi il est toujours précédé d’un entretien préalable.

J’ai commencé à pratiquer l’hypnose en suivant des manuels, parallèlement à une année universitaire en psychologie, afin d’acquérir des bases solides sur le comportement humain et son fonctionnement. J’ai mené pendant quelques années des expériences sur quelques personnes de ma connaissance afin de délimiter l’étendue des possibilités et les effets de cet état avant de l’intégrer de manière professionnelle comme une option au coaching que je propose.

[/ms_panel]

 

 

l’état d’hypnose légère

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *